Lotus Elise Cup 250 v2

Lotus vient de lever le voile sur une nouvelle Elise Cup 250. Le premier modèle avait été présenté en février 2016 et cette version revue n’est donc pas une réelle nouveauté. Elle offre néanmoins quelques évolutions de style et un gain de poids que nous allons détailler au travers de cet article.

La première Elise Cup 250 venait remplacer la Cup 220. Son nom le laisse deviner, elle offrait plus de puissance mais également un gain de poids de 21 kg soit 931 kg en ordre de marche. En rajoutant le pack Carbon Aero, elle s’affichait à 921 kg. Il faut savoir que Lotus communique désormais sur 3 poids :

  • En ordre de marche
  • A sec
  • A sec le plus léger possible (avec toutes les options light)
Lotus Elise Cup 250 v2

Le communiqué de presse annonçant la nouvelle Elise Cup 250 indique respectivement 917, 884 et 860 kg. Si on calcule la différence entre les poids à sec et à sec le plus léger possible et qu’on l’applique au poids en ordre de marche, la nouvelle Cup 250 ressort à 893 kg. A titre de comparaison, l’Elise Sprint 1.8 compressée avec la même méthode de calcul pèserait 872 kg.

Notre Elise Cup 250 du jour dispose de série d’une batterie au lithium, de sièges en carbone, des jantes en aluminium forgé et de la lunette arrière en polycarbonate. Tous ces belles pièces ont déjà été adoptées sur la récente Sprint et, à l’exception de la lunette, sur l’ancienne Cup 250. Du côté des options, on retrouve les disques sur bol alu (-4 kg, déjà présents sur l’ancienne) et trois éléments en carbone : aérateurs (-0,3 kg), boitier de ventilation (-0,1 kg) et seuils de porte (-0,8 kg).

Le pack Carbon Aero est reconduit avec lame avant, aileron arrière et jupes latérales en carbone. Notez toutefois qu’il est plus civilisé que le précédent : la lame avant (déjà vue sur l’Elise 250 Special Edition) et les jupes latérales s’assagissent et le diffuseur arrière perd une taille. L’aileron est en revanche identique. Ces évolutions doivent avoir un impact négatif sur l’appui que génère l’auto mais l’information est habillement masquée puisqu’on parle de 125 kg d’appui à 225 km/h alors que pour la précédente Cup, les valeurs étaient communiquées à 160 et à 248 km/h (vitesse maximale) : respectivement 66 et 155 kg.

Il est également possible d’opter pour d’autres pièces en carbone : hard-top (-3 kg), front panel access (-1,1 kg), couvre-arceau (-0,7 kg) et capot moteur (-3,3 kg). A l’exception du hard-top, tous ces éléments sont déjà présents sur la Sprint mais n’étaient pas disponibles sur l’ancienne Cup.

Le communiqué de presse (qui va être repris tel quel par beaucoup de sites) évoque en partie les nouveautés apparues sur la Sprint et reprises sur la nouvelle Elise Cup 250 mais sans indiquer les gains de poids correspondants, pourtant très importants : masque avant (-8,7 kg), panneau arrière avec 2 feux au lieu de 4 (-0,3 kg), commande de boite ouverte (-1 kg) et écopes latérales.

Finalement, la seule vraie nouveauté que propose cette Elise est l’échappement optionnel en titane permettant d’économiser 7 kg.

En partant des 921 kg en ordre de marche de l’ancienne Cup 250 et en cumulant tous les gains de poids énumérés plus haut (j’ai considéré 1 kg de gain sur la lunette arrière), nous arrivons à un total de 27,3 kg économisés et un poids de 893,7 kg, très proche des 893 indiqués plus haut. Une fois n’est pas coutume, nous pouvons reconnaitre que même si les explications données par Lotus sont partielles, les chiffres permettent de comprendre le gain annoncé.

Côté moteur, rien de nouveau : le 4 cylindres Toyota à compresseur affiche toujours 246 chevaux à 7200 tr/m et offre 250 Nm de couple entre 3500 et 5500 tr/m. Les performances restent identiques avec 4″3 pour franchir les 100 km/h et 248 km/h en vitesse de pointe.

L’amortissement est fidèle au couple Bilstein / Eibach mais les réglages sont plus fermes que ceux des Elise Sport ou Sprint : +12% en compression et +20% en rebond à l’avant, +9% et +30% à l’arrière. Il aurait été intéressant d’avoir également l’information par rapport à l’ancienne Cup.

Il est également satisfaisant de constater que le freinage n’a pas évolué depuis les premières Elise S2 Rover pourtant plus légères et 2 fois moins puissantes avec leurs 120 chevaux. C’est la preuve que les étriers AP Racing à deux pistons à l’avant et Brembo mono piston à l’arrière associés à des disques de 288 mm sont, comme je l’ai déjà dit, suffisants même en usage piste et qu’il n’est à mon sens pas utile de monter plus gros et donc plus lourd.

Cette nouvelle Elise Cup 250 est proposée à 63130€ TVA comprise soit une hausse de 2,5% par rapport à l’ancienne (61620€). A cette somme, il conviendra de rajouter :

  • 4740€ pour le pack Carbon Aero
  • 4035€ pour le hard-top carbone
  • 1260€ pour le capot avant carbone
  • 2220€ pour le capot arrière en carbone
  • 1415€ pour le couvre-arceau en carbone
  • 1695€ pour les seuils de porte en carbone
  • 1970€ pour les aérateurs en carbone (rappel : 0,3 kg de gain, ça fait cher le gramme !)
  • 600€ pour le boitier de ventilation en carbone
  • 4035€ pour l’échappement en titane
  • 2020€ pour les disques de frein sur bol alu

Soit, pour une auto conforme au poids de 893 kg sur lequel la marque communique, 23990€ d’options « light » et un prix grimpant à 87120€. On peut continuer à faire monter la facture avec :

  • 1415€ pour un volant alcantara sans airbag (requis pour l’option suivante)
  • 2220€ pour les harnais et la barre de fixation (qui rajoute du poids)
  • 3430€ pour l’extincteur et le coupe-batterie
  • 420€ pour les anneaux de remorquage
  • 1665€ pour la climatisation
  • 570€ pour l’autoradio Bluetooth
  • 495€ pour l’isolation phonique améliorée
  • 155€ pour le régulateur de vitesse
  • 495€ pour les étriers de frein peints en rouge
  • 570€ pour le pack couleur intérieure
  • 495€ pour le revêtement de sol intégral
  • 120€ pour les tapis de sol
  • 4035€ pour une peinture perlée exclusive
  • 3030€ pour le pack cuir exclusif
  • 410€ pour les surpiqures exclusives

Lotus précise bien que les options listées ci-dessus ne représentent qu’un échantillon… On va considérer que c’est suffisant et dire que celui qui voudrait une Elise full options devra encore rajouter 19525€. Avec un prix final de 106645€, on franchit clairement une barre qui semble ridicule pour une Elise. Si en plus on considère les délais et soucis actuels que rencontrent nombre d’acheteurs, il faut vraiment être un passionné de la marque pour signer le bon de commande !

Quelques questions me viennent à l’esprit pour conclure cet article :

  • Doit-on s’attendre à une Elise 250 Cup R dans les mois à venir avec les éléments aérodynamiques plus imposants de l’ancienne Cup 250 et, peut-être, une puissance légèrement supérieure ?
  • 12 ans plus tôt, une Exige 240R offrait 247 chevaux et 236 Nm, pesait 930 kg et s’échangeait contre 63500€. L’Elise est donc devenue Exige… En 2029, l’Elise aura-t-elle un V6 de 350 chevaux ? Et verra-t-on apparaitre une « petite » Elise qui viendra agiter le souvenir de celle d’aujourd’hui (ou d’hier), un peu comme chez BMW avec la 1M ou la M2 par rapport à la M3 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑