Lotus Elise Cup 260

En cette soirée propice à l’observation des étoiles filantes, notre marque préférée nous dévoile une nouvelle star elle aussi filante : l’Elise Cup 260. Limitée à 30 exemplaires au monde, cette énième série limitée pourrait ne pas justifier à elle seule les quelques lignes qui suivent mais contrairement à ce qu’on pourrait penser trop hâtivement, il est tout de même intéressant de mettre en lumière certains points… En particulier une grosse nouveauté que j’aborde en fin d’article.

Comme à chaque communiqué de presse Lotus, nous avons droit à la même phrase : « la nouvelle Lotus Elise/Exige/Evora est la plus aboutie/performante/rapide jamais produite ». Pour répondre à cette phrase, l’Elise Cup 260 qui nous intéresse aujourd’hui part d’une base d’Elise Cup 250 et reprend des évolutions apparues sur les modèles les plus sportifs de la marque : Exige Cup 380 et Evora GT430. Cela permet-il de justifier son prix de 76640 € TTC (sans compter les 22120 € d’options potentielles) sur le marché Français ?

Par rapport à la deuxième génération d’Elise Cup 250 apparue début juin, les évolutions offertes par le 1.8 Toyota compressé sont minimes : admission (nouveau filtre à air) et cartographie. La puissance passe de 243 à 250 chevaux et le couple de 250 à 265 Nm. Ce dernier n’est d’ailleurs pas le même selon que l’on se réfère au site internet (265 Nm) ou au communiqué de presse (255 Nm). L’auto gagne 1 dixième de seconde sur l’exercice du 0 à 100 km/h et perd 5 km/h en vitesse de pointe à cause de son aérodynamique différente.

Pour rappel, le patronyme Cup 260 était employé il y a quelques années sur l’Exige. Cette dernière offrait alors un peu plus de puissance (260 ps soit 256 ch) mais moins de couple (236 Nm contre 265). Elle abattait le 0 à 100 km/h en 4″1 et atteignait 237 km/h en vitesse de pointe. Quand je vous dis que l’Elise est devenue Exige !

Concernant l’aéro, un palier important a été franchi avec désormais 180 kg d’appui à la vitesse maximale de 243 km/h. C’est presque autant que l’Exige Cup 380 (200 kg mais à 282 km/h) mais surtout 25 de plus que l’Elise Cup 250 première du nom (155 kg à 248 km/h). La seconde itération de la Cup 250 n’offrait « que » 125 kg à 225 km/h. Une fois de plus, démonstration est faite que pour arriver à de telles valeurs, il faut un gros aileron. L’Elise Cup 260 perd en douceur ce qu’elle gagne en performance.

Pour faire la paire avec le gros aileron carbone développé à partir de celui de la 3-11, l’Elise Cup 260 reçoit une lame avant également en carbone (optionnelle sur la Cup 250). Soulignons que cette Cup est la première Elise de série qui se pare d’évents au sommet des ailes avant afin de diminuer la pression d’air dans les passages de roues. La prochaine série limitée aura-t-elle droit au même traitement de faveur pour les roues situées à l’arrière, comme c’est déjà le cas sur les Exige et Evora les plus performantes ?

La déclinaison du jour reçoit de série presque toutes les options light de la Cup 250 : seuils de porte (-0,8 kg), couvre-arceau (-0,7 kg), panneaux de masque avant (-1,1 kg) et capot moteur (-3,3 kg) sont en carbone. En revanche, le hard-top carbone (4000 €) est optionnel. Les disques sur bol alu (-4 kg) sont de la partie. L’amortissement est confié à Nitron avec un set-up 2 voies comme sur l’Exige Cup 380. Autre première sur une Elise après les évents d’aile, la vitre arrière en polycarbonate. Sauf erreur de ma part, la première Lotus à avoir proposé une option de ce type est l’Evora GT430. On trouve également les sièges en carbone (6 kg chacun), une batterie au lithium (-9 kg), etc… Reste l’échappement titane (5500 €) en option.

Au final, la Cup 260 est annoncée à 902 kg en ordre de marche et 869 kg à sec. C’est 15 de moins que la Cup 250 mais le poids à sec minimal (en prenant toutes les options light) sur lequel Lotus communique depuis peu est de 862 kg alors qu’il pouvait tomber à 860 sur la Cup 250 ! Décidément, parler poids est toujours compliqué chez Lotus.

La vraie grosse nouveauté sur cette Elise Cup 260, ce sont les pneus. Depuis 2001, l’Elise est montée en 175/55/16 ou 195/50/16 à l’avant et en 225/45/17 à l’arrière. Cette Cup 260 est la première à chausser plus large (et plus bas) : 205/45/16 à l’avant et 235/40/17 à l’arrière. Ce choix est très surprenant à au moins deux titres : des pneus plus larges sont plus lourds et ces tailles n’existent pas pour le Avon ZZR, le Yokohama A048… On les trouve tout de même chez Toyo avec le R888R et chez Yokohama avec le AD08-R (monte d’origine). La largeur des jantes est-elle revue également ?

L’Elise Cup 260 bouclerait le tour d’Hethel en 1’32″00. Le communiqué de presse indique que c’est 2,5 secondes de mieux que la Cup 250 qui avait été chronométrée en… 1’34″00 ! Marketing quand tu veux nous faire rêver… Car je peine à croire qu’une auto si proche, même avec plus d’appui, gagne 2 seconde pleine au tour surtout si ce chrono a été effectué avec des AD08-R qui, bien que très bons, n’atteignent pas le niveau d’adhérence offert par de vrais semi-slicks. L’Exige Cup 260 de 2009 en A048 était en 1’37″90. Je peine là aussi à croire à un tel écart, il serait intéressant de comparer les deux générations côte à côte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑