Balade Haute-Loire et Auvergne

Si vous avez suivi mes dernières publications sur 111 Racers, vous savez que j’avais emmené ma Lotus en Haute-Loire pour lui faire subir quelques évolutions. Cette cure de cinq semaines lui a permis de repartir avec une distribution neuve et de maigrir de 5 kg. Son poids théorique est donc maintenant de 721 kg en configuration lourde et 709 kg en configuration légère (un seul siège, pas de couvre-arceau, etc…).  Au-delà de ces chiffres déjà abordés plus en détail, le retour à la maison a été pour ma compagne et moi-même l’occasion d’une belle balade sur deux jours entre Haute-Loire et Auvergne.

Les premiers kilomètres se font en compagnie de Cédric et de sa belle Elise S1 orange (teinte des Ford Focus ST) et nous font passer par Chaspuzac, Saint-Privat-d’Allier, Monistrol-d’Allier puis Saugues. Ils sont l’occasion d’apprécier la douceur de l’embrayage Exedy. La pédale reste très agréable à actionner, pas trop ferme tout en étant précise. Le volant moteur allégé Elise Parts est lui aussi très agréable en conduite coulée. Le frein moteur est légèrement moins présent mais pas au point d’être perturbant.

800

Vous noterez que nous avons été contraints de rouler avec la capote, le coffre étant monopolisé par les anciennes pièces et nos bagages pour le week-end.

La route, superbe, se poursuit vers Auvers avant de remonter en direction de Pinols puis de bifurquer à gauche pour rejoindre Chastel et Cronce. Cette portion très tournante nous fait découvrir des paysages magnifiques et permet d’exploiter davantage l’auto. Aucun doute, le volant moteur est une modification très appréciable. En conduite soutenue (comme souvent en Lotus), le régime retombe parfaitement pour le passage du rapport supérieur. Au rétrogradage, le coup de gaz pour remonter le régime est encore plus agréable à donner. La différence chiffrée dans l’article dédié n’est peut-être pas flagrante mais au volant, c’est le jour et la nuit ! C’est une modification qui transfigure l’auto au même titre qu’un jeu de Nitron.

801

806

827

Nous arrivons à Lavoûte-Chillac, théâtre de notre première pause touristique. J’ai mystérieusement réussi à franchir la cassure centrale de son pont du XVème siècle (qui enjambe l’Allier) sans laisser l’auto posée en équilibre ! Ma hauteur de caisse réduite n’est donc pas si problématique que ça en usage routier classique.

807

Nous devions ensuite passer à Lavaudieu mais l’incompatibilité entre ma vitesse de croisière du moment et la petite taille du panneau de signalisation a fait que nous avons continué sans faire demi-tour en direction de Brioude puis Auzon, cité médiévale en bordure du Livradois. On passe, à pied, rue de l’Enfer ou passage du Diable avant d’arriver à la Collégiale Saint-Laurent, en travaux.

810

Le seul petit détail que je n’avais pas pris en compte lors de l’étude de ce périple chronométré était le changement d’heure… Et avec les deux bougies qui me servent de phares, je préférais éviter le roulage nocturne. Nous rejoindrons donc notre chambre d’hôtes à Moissat par l’itinéraire le plus rapide en court-circuitant au passage une belle partie dans le parc naturel du Livradois-Forez. Tant pis, ce sera une excuse pour y retourner. Un épais brouillard viendra faire chuter notre moyenne plus que ce que la nuit seule n’aurait dû le faire mais nous arriverons dans les temps.

816

Le lendemain matin, la météo exceptionnelle m’a incité à changer mes plans : au lieu de remonter directement dans le Berry, nous allons descendre un petit peu et profiter de l’Auvergne. Pour y avoir vécu plusieurs années et bien connaitre certaines routes (parcourues à l’époque au volant de ma M3 3.0 ou de ma Clio 3 RS R27), je savais que nous allions nous régaler ! Nous prenons la direction de Coudes et faisons un arrêt photos afin de profiter de la légère brume en toile de fond.

817

819

821

Nous mettons ensuite le cap sur Murol. Les couleurs d’automne sont magnifiques et justifient à nouveau une pause photos.

822

823

824

À partir de là, les routes deviennent divines. Nous empruntons le col de la Croix-Morand. Au sommet (1401m), nous rencontrons un couple qui vient d’acheter une 111R. C’est l’occasion d’échanger quelques mots et de voir la différence entre le Saffron et le Lightning yellow. Nous ne pourrons malheureusement pas manger là-haut faute de place…

825

826

…Et nous n’aurons pas plus de succès au Mont-Dore, les restaurants étant soit fermés, soit complets. Dommage pour un week-end prolongé et touristique mais ce n’est pas grave car nous repartons ainsi plus légers par le col de la Croix Saint-Robert (1451m) avant de redescendre à La Guièze. Cette portion est celle de la course de côte du Mont-Dore et offre un bitume parfait. Les freins sont fortement sollicités mais ne montrent aucun signe de faiblesse. Le comportement moteur est parfait avec le VMA, l’auto est fantastique et les limites se tutoient plus facilement avec les Yokohama AD07 qu’avec les semi-slicks Avon ZZR, ce qui la rend amusante. Quel bonheur de rouler à nouveau ici !

Nous poursuivons par Monneaux, Montmie puis Chambon-sur-Lac. Le rythme redescend un peu pour rejoindre le Puy-de-Dôme. Le Panoramique des Dômes (un train électrique) nous amènera à son sommet. La météo est particulièrement propice au vol des parapentes, nous en compterons une trentaine.

828

832

Alors que le soleil commence à se rapprocher de la ligne découpée de l’horizon, il est temps de refaire quelques photos avant de dire au-revoir à cette belle région Auvergne.

837

840

Le lendemain, un bon lavage s’imposera avant de remettre l’auto au garage… en attendant les prochains kilomètres, sur route ou sur piste !

842

843

845

Un commentaire sur “Balade Haute-Loire et Auvergne

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑