Lotus Elise Race 250

Pour être publiée sur 111 Racers, une actualité doit répondre à une certaine éthique : performance, gain de poids, circuit, chrono, quête du mieux (voir du meilleur)… L’objet du dernier communiqué de presse Lotus remplit parfaitement ces critères puisqu’il s’agit de l’Elise Race 250, la dernière évolution dédiée à la piste de l’Elise.

Production :
A partir de juillet 2016

Motorisation :
4 cylindres 1.8 Toyota 2ZR-FE compresseur 246 chevaux

Particularité :
Les 246 chevaux à 7200 tr/m et 250 Nm de couple entre 3500 et 5500 tr/m qu’offrent le 4 cylindres 1.8 Toyota sont suffisants pour animer vigoureusement l’Elise Race 250, ce n’est pas de ce côté que les évolutions sont à découvrir. Le travail a d’abord porté sur le châssis avec une barre anti-roulis réglable et un jeu d’amortisseurs ajustables Nitron à 1 voie associés à des ressorts Eibach. L’expertise de la marque n’étant plus à démontrer, on peut s’attendre à du très bon en matière de ressenti et d’efficacité.

Côté freinage, on retrouve le set-up bien connu AP Racing 2 pistons à l’avant (derrière des jantes chaussées en 195 et non en 175) et Brembo mono-piston à l’arrière. Lotus communique sur l’adoption de nouvelles plaquettes sans pour autant nous en apprendre plus sur le choix effectué.

Lotus Elise S3 Race 250

A l’intérieur, on trouve un baquet FIA en carbone (qui permet de gagner 6 kg par rapport à son équivalent en fibre de verre) ainsi qu’un harnais six points et un volant amovible. L’auto est également équipée d’une vitre arrière en polycarbonate. Point important, elle embarque de série un arceau homologué FIA, un extincteur, un coupe-circuit et des anneaux de remorquage à l’avant et à l’arrière. De série également, on trouve une batterie au lithium (-10 kg) et les jantes en aluminium forgé déjà vues sur l’Elise Cup 250. Enfin, la Race 250 perd ses phares au profit de caches plus légers.

La Race 250 reprend également le pack aérodynamique de la Cup 250 et dont les éléments peuvent, en cochant la bonne case sur le bon de commande, être en carbone et abaisser le poids de l’auto de 10 kg supplémentaires : lame avant, diffuseur, jupes latérales et aileron. L’appui généré est donc déjà connu : 66 kg à 160 km/h et 155 kg à 248 km/h. A l’exception des amortisseurs Nitron et de l’arceau, cette Race 250 n’est donc rien de plus qu’une Cup 250 qui n’est pas produite en série limitée mais qui n’est pas non plus homologuée sur route.

Le poids à sec communiqué par Lotus (avec toutes les options light) est de moins de 900 kg, je me demande tout de même d’où proviennent les 21 kg d’écart avec la Cup 250 sachant que l’arceau rajoute du poids. Son rapport poids/puissance de 3,7 se situe tout de même au niveau de celui d’une 340R équipée de la cartographie 190 chevaux… Enfin, le chrono sur la piste d’Hethel serait de 1’33″50 soit exactement 5 dixièmes de mieux que les Cup 250 (246 chevaux pour 921 kg) et S Cup R (220 chevaux pour 900 kg, non homologuée route).

Lotus Elise S3 Race 250

Pour faire le parallèle avec mon Elise, j’aimerai pouvoir dire que Lotus s’inspire de mes bonnes pratiques pour rendre une auto plus performante mais je préfère rester modeste 😉 Néanmoins, l’approche sur cette Race 250 est semblable puisque mon auto est déjà équipée d’amortisseurs Nitron 1 voie, d’une barre anti-roulis ajustable, de baquets en carbone et de harnais, d’une vitre arrière en polycarbonate, de plaquettes plus tendres et d’une batterie light. Même si elle n’affiche pas la puissance des dernières Elise, j’ai encore un peu d’avance côté poids et je serais curieux de croiser les dernières productions de la marque sur un circuit assez sinueux !

Lotus Elise S3 Race 250

▶▶▶ N’oubliez pas de jeter un œil aux autres modèles d’Exige ou d’Elise. ◀◀◀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *