Quatrième roulage à Lurcy-Lévis

Ce mois de juillet a commencé par une demi-journée de roulage à Lurcy. L’organisateur, Bourcier Compétition / LIR Racing, avait amené trois Ginetta : G40R, G40 Cup et G50 GT4. J’ai ainsi pu prendre le volant de la version Cup (200 chevaux pour 790 kilos). C’était la première fois que je roulais avec une boite séquentielle et des slicks. L’auto a clairement du potentiel et la découverte était sympa mais comme toujours lors d’un essai, il est difficile de prendre pleinement la mesure d’une auto en quelques tours.

La demi-journée, annoncée comme orageuse, s’est révélée ensoleillée. Entourée notamment de grosses Exige de la Lotus Cup Europe, ma petite Elise et ses 135 chevaux était l’une des autos les plus modestes du plateau… sur le papier. Une fois en piste, la donne était différente ! Par rapport à la dernière fois, l’auto était 7,5 kilos plus légère (géo différente avec plus de carrossage, rear panel eliminator home made et silencieux Quicksilver). Le chrono est encore tombé pour s’établir à 1’14″41.

Le châssis, d’un avis unanime, est redoutable. Le train avant est excellent mais je ressentais le besoin d’avoir un peu plus d’aéro sur l’arrière. Affaire à suivre car je ne veux pas de modifications irréversibles donc l’installation d’un aileron est exclue. La solution pourrait être le passage au capot moteur carbone avec aileron style Exige.

La télémétrie me permet de voir les vitesses atteintes à différents points du circuit. Le tracé du bas montre que les décélérations sont violentes (chutes brutales de la vitesse aux points de freinage). Je pourrais rentrer plus fort dans le droite au bout de la ligne droite (ce que je ressens aussi au volant). Comparé à mon 1’15″19 de la dernière fois, tout s’est joué dans la seconde partie du tracé. Je suis sorti plus vite de l’escargot ce qui a conditionné une vitesse légèrement supérieure dans la ligne droite et un passage plus rapide dans la première partie du droite qui suit. L’escargot est important !

Dernier point, j’ai rencontré un souci avec mon hardtop qui a décidé de prendre la fuite de lui-même pendant que je roulais… Heureusement, très peu de dégat sur ce dernier, presque aucune marque sur l’auto et surtout personne derrière. Le bon côté de la chose, c’est que j’ai pu regarder la différence en vMax au bout de la ligne droite avec et sans hard top : 183 avec et 181 sans. L’intérêt semble donc limité sachant que sans, je regagne 4 kilos haut placés. Toutefois, je pense que l’aéro est meilleure sur l’arrière avec un flux d’air moins perturbé et donc plus d’appui.

En bonus, une belle bagarre avec l’Exige de Thierry qui roule en Lotus Cup Europe :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑