Lotus Exige Sprint

L’Exige Sprint a été annoncée par Lotus en janvier 2008. Il devait s’agir d’une série limitée à 40 exemplaires pour célébrer les 40 ans de production (1967-2007) de l’usine d’Hethel. Chaque auto recevait une plaque numérotée avec l’une des années d’activité du site à l’exception de 1982, année du décès d’Anthony Colin Bruce Chapman.

— Signes de reconnaissance —

Ce qui est immédiatement reconnaissable sur une Exige Sprint, c’est son esthétique. La partie basse de sa carrosserie est peinte en Aspen White (code B113), lame comprise. Environ au tiers de sa hauteur, l’auto est cerclée par une bande or de 50 mm qui porte l’inscription « Exige Sprint » sur les portières. Toute la partie supérieure est soit peinte en Solar Yellow (code B114), soit en Persian Blue (code B131). Ces couleurs font écho à celles de l’Elan Sprint produite entre 1971 et 1973 qui elle même s’inspirait des F1 du Team Lotus à la fin des années 1960, sponsorisées par le cigarettier Gold Leaf.

Lotus Exige Sprint

Les stickers sur les portières n’étaient pas les seuls spécifiques à cette série. Du côté opposé à la trappe à essence, on trouvait des lauriers qui présentaient une particularité : ils étaient surmontés d’un « Hethel 40th ». Un autre sticker prenait place juste en-dessous avec l’année unique attribuée à l’auto. A l’arrière, la Sprint recevait un autocollant « Exige Sprint » au lieu du simple « Exige » et un badge émaillé Union Jack était apposé juste en-dessous. Sur d’autres modèles d’Exige, il ne s’agissait que d’un simple autocollant.

De série, l’Exige Sprint était richement dotée : jantes forgées à 7 doubles branches, climatisation, Sport Pack (contrôle de motricité, arceau en acier T45, barre anti-roulis réglable et sièges sport Probax), Touring Pack (finitions intérieures en cuir de couleur, tapis de sol avec logo « Exige Sprint », isolation phonique, projecteurs longue-portée, connexion iPod et porte-gobelet) et le récent Performance Pack (souvent appelé PP et portant la puissance de 220 à 242 chevaux, gros freins AP Racing avec disques en 308 mm de diamètre, embrayage renforcé, contrôle de traction ajustable, launch control et écope de toit majorée comme sur les Cup 255 et Cup 260).

L’intérieur recevait un traitement spécifique avec du cuir noir et des inserts jaune ou bleu (assortis à la teinte extérieure) sur les sièges, les panneaux de porte et la console centrale. Des broderies « Exige Sprint » étaient positionnées sur les dossiers et des lauriers sur les appuis-têtes. Ces derniers, comme le sticker sur la carrosserie, intégraient les mots « Hethel 40th » dans leur partie supérieure.

Lotus Exige Sprint

Chaque acheteur d’Exige Sprint se voyait remettre par le concessionnaire le pack « Heritage », à savoir un exemplaire du livre « The Lotus Book » écrit par William Taylor et un certificat d’authenticité. Les deux étaient signés par Mike Kimberley, président de Lotus jusqu’en juillet 2009.


— Tarif, production et registre —

L’Exige Sprint était vendue 42.550 £ hors taxes au Royaume-Uni. Équiper une Exige S de la même manière en piochant dans les packs et les options individuelles serait revenu à 44.050 £, soit 1.500 de plus. Initialement prévue à 40 exemplaires (20 dans chaque coloris) en conduite à droite pour le Royaume-Uni et l’Irlande, elle ne rencontrera pas le succès escompté et seuls 13 exemplaires Solar Yellow et 13 Persian Blue verront le jour. Voici celles que j’ai pu identifier à ce jour, les numéros grisés étant ceux qui n’ont jamais été attribués :

For our english / international friends: if you own a Sprint Exige, do not hesitate to contact me if you have any information to share, especially concerning the numbered plate or the Certificate of Provenance. Thanks!

Si vous possédez une Exige Sprint, n’hésitez pas à me contacter si vous avez des informations à partager, particulièrement concernant la plaque numérotée ou le Certificat de Provenance. Merci !


— Anecdotes —

Vous commencez à le savoir si vous suivez ma série d’articles historiques sur la gamme Lotus (Sport Elise, Exige Cup 260, etc…), les échanges que je suis amené à avoir avec des connaisseurs ou des propriétaires au fil de mes recherches me permettent d’apprendre quelques-unes des nombreuses anecdotes dont regorge l’histoire de Lotus.


L’attribution des années et l’emplacement de la plaque

Contrairement à ce que je pensais en débutant la rédaction de cet article, l’attribution d’une année à une auto ne se faisait pas chronologiquement mais était laissée au choix de l’acheteur parmi celles encore disponibles. La plaque unique était apposée par le concessionnaire et non à l’usine (comme l’Union Jack émaillé), ce qui explique que selon les autos elle puisse se trouver sous le pare-brise (exemple de la 1979 ci-dessous), au niveau des pieds du passager (exemple de la 1996) voir côté conducteur au niveau du dossier du siège (exemple de la 1984).

Lotus Exige Sprint
Lotus Exige Sprint
Lotus Exige Sprint


L’auto #1982

Autre détail particulièrement croustillant et qui, j’imagine, a du valoir une remontrance à certains à l’époque, l’une des 13 autos Persian Blue a reçu le numéro 1982 qui ne devait pourtant pas être attribué : le concessionnaire n’aurait pas lu les recommandations de la marque ! Fait encore plus étonnant, l’auto en question n’aurait initialement pas été numérotée et c’est le second propriétaire qui aurait réclamé le 1982.


La première Exige Sprint

Contrairement à toutes celles qui suivirent, la première Exige Sprint (Solar Yellow) qui fût utilisée pour les photos presse ne disposait pas des gros freins AP Racing (vous pouvez le vérifier sur la première photo de cet article, avec l’Elan). Elle n’avait pas non plus d’année attribuée, ni sur la plaque, ni sur le sticker du côté opposé à la trappe essence.

Lotus Exige Sprint

Elle avait bien la même plaque que les « vraies » Sprint avec la phrase « Hethel 40th Anniversary – Special Edition » mais un simple numéro « 001 ».

Lotus Exige Sprint

Lotus l’a gardée pendant un an le temps de faire la promotion de cette série limitée. A la fin de l’année 2008, elle a été vendue par le biais de JCT600, concessionnaire Lotus à Leeds. Son propriétaire l’a ensuite revendue en 2013 et elle a été exportée au Japon. Il aurait donc pu s’agir d’une 27ème Sprint si tant est qu’elle soit bien comptée comme telle dans les registres Lotus. Pour ma part, je pense que ce n’est pas le cas et qu’il s’agit d’une auto de développement, ce que semble confirmer sa première immatriculation qui date de juin 2007 (7 mois avant que l’on entende parler de la Sprint) :

  • Elle est enregistrée comme une Exige S 218 bhp avec les packs Sport et Touring contrairement aux autres qui sont des Exige S 242 bhp avec les packs Performance, Sport et Touring.
  • Sa couleur officielle est « blanc et jaune » alors que les exemplaires suivants apparaissent comme « jaune » ou « bleu », sans indication du blanc.


L’unique Exige hybride Sprint + Cup 260

A la demande de son premier propriétaire, l’exemplaire 1987 de l’Exige Sprint (Persian Blue) a été monté en usine avec les spécifications de la Cup 260, c’est à dire avec l’arceau, les jantes 5 branches forgées, les amortisseurs Öhlins, la plaque de renfort reliant le faux-châssis arrière et le châssis, le coupe-circuit et l’extincteur à déclenchement depuis l’habitacle et depuis l’extérieur, l’Accusump, les sièges sport (ces derniers avaient bien les lauriers avec « Hethel 40th » sur les appuis-têtes mais en revanche le « Exige Sprint » sur les dossiers était remplacé par un « Lotus Sport »), les harnais 4 points, la batterie lithium, le volant moteur allégé, la pompe à essence et les injecteurs gros débit, le différentiel et bien entendu la puissance portée de 242 à 260 chevaux.

Lotus Exige Sprint Cup 260

Crédit photo et annonce : Hofmann’s

Ces modifications avaient été facturée 15.000£ hors taxes. L’une des particularités de cette auto est d’avoir deux plaques numérotées : celle qui est spécifique à la Sprint (numéro 1987) et une Lotus Sport (numéro 001). Enfin, son immatriculation indique qu’elle est enregistrée comme une Exige S avec les packs Performance, Sport et Touring et non comme une Exige 260.


Les Exige Sprint hors 40th Anniversary

En avril 2008, les concessionnaires d’Europe continentale réclameront eux-aussi des Exige Sprint, bien entendu avec le volant à gauche. 21 exemplaires seront produits (on parle de 5 pour la France). La photo ci-dessous a été prise le 14 septembre 2008 à l’occasion d’une journée portes ouvertes organisée pour les 60 ans de la marque. Elle montre une série de Sprint sur la ligne de production à Hethel. Le sticker qu’on voit sur la dernière auto ne comporte pas l’inscription « Hethel 40th » et on peut donc en déduire qu’il s’agit d’une des 20 autos produites en 2009 pour le marché européen, ce que corrobore la position du volant.

Lotus Exige Sprint

Crédit photo : Average Petrolhead

Bien que reprenant les deux mêmes teintes extérieures que la « vraie » Exige Sprint, ces 21 autos n’avaient pas droit au pack « Heritage » et ne faisaient pas référence au 40ème anniversaire de l’usine d’Hethel, raison même de la création de cette série limitée. Les lauriers étaient bien présents mais sans le « Hethel 40th », que ce soit sur le sticker (voir sur la photo ci-dessus) ou sur les appuis-têtes. La plaque spécifique comportait l’inscription « European Special Edition » ainsi qu’un numéro séquentiel plutôt qu’une année.

Lotus Exige Sprint European Special Edition

Voici les autos dont j’ai pu retrouver la trace, que ce soit en France, en Belgique ou en Italie :

Avec l’arrivée de l’Exige MY 2010 annoncée en mars 2009, les quelques exemplaires en stock auraient peiné à trouver preneur et les concessions les auraient bradées.

Deux Sprint en Solar Yellow et ayant les mêmes spécifications que les européennes à l’exception du volant (RHD) seront destinées au Japon. Il se dit qu’en tout et pour tout, 20 Sprint auraient été produites en Persian Blue.

  • 13 pour le marché UK
  • 7 faisant partie de la série European

Par différence, nous pouvons donc déterminer qu’il y a eu 29 Solar Yellow :

  • 13 pour le marché UK
  • 14 pour le marché européen
  • 2 pour le Japon
Lotus Exige Sprint
Lotus Exige Sprint

Certaines rumeurs disent que toutes les autos de 2009 n’auraient pas été numérotées et que certaines d’entre elles auraient auraient pu obtenir une année sur leur plaque plutôt qu’un numéro séquentiel…

For our english / international friends: if you own a Sprint Exige from the European batch, do not hesitate to contact me if you have any information to share, especially concerning the numbered plate or the Certificate of Provenance. Thanks!

Si vous possédez une Exige Sprint issue du batch européen, n’hésitez pas à me contacter si vous avez des informations à partager, particulièrement concernant la plaque numérotée ou le Certificat de Provenance. Merci !

Différencier une Sprint originale (40ème anniversaire) de la série suivante peut se faire bien entendu par la position du volant (même si une conversion RHD –> LHD est toujours possible et qu’il y a les deux exceptions japonaises) mais aussi par le 10ème caractère du VIN : un 8 pour la série originale car les 26 autos étaient des année-modèle 2008, un 9 pour les 23 autres car… il s’agissait de modèle 2009.

Une dernière auto sera produite dans la livrée Sprint Persian Blue en 2009 mais il s’agissait d’une commande spéciale sur base d’Exige S et elle ne recevra ni l’intérieur spécifique, ni la plaque numérotée.

Many thanks David for your precious documents and pictures! The time you spent answering me was greatly appreciate 🙂


▶▶▶ N’oubliez pas de jeter un œil aux autres modèles d’Exige ou d’Elise. ◀◀◀